Société

A Beyrouth après l’explosion, l’impossible sérénité pour les femmes enceintes

En apprenant qu’elle était enceinte, Rana Mineimni avait commencé à acheter des vêtements pour le bébé. Mais depuis l’explosion dévastatrice au port de Beyrouth, l’enthousiasme a été remplacé par l’angoisse.

« Je m’attends en permanence à une nouvelle explosion. Quand j’entends une voiture ou n’importe quel bruit, j’ai très peur », lâche la femme de 25 ans, qui doit accoucher en octobre.

Deux mois après le cataclysme du 4 août, le traumatisme des futures mamans reste vif dans une capitale libanaise meurtrie. Et le défi est d’assurer des services appropriés aux 4.600 femmes enceintes recensées par l’ONU parmi les centaines de milliers d’habitants ayant perdu leur domicile.

« Avant l’explosion, je préparais la naissance de mon premier enfant avec enthousiasme. Depuis, j’ai tout arrêté », avoue Mme Mineimni dans un centre médical de Bachoura, dans le centre de Beyrouth.

Elle n’achète plus, se contentant des vêtements d’occasion donnés par des proches. Dans un Liban en plein effondrement économique, miné par le chômage et une inflation record, elle est hantée par la nécessité d' »économiser ».

« Je me dis que peut-être on aura besoin de partir. Ou la petite aura besoin de quelque chose en urgence et on ne pourra pas l’acheter », justifie-t-elle.

Le jour de l’explosion, elle a réussi à aider une parente blessée chez sa belle-famille avant de s’effondrer elle-même au sol, « sous le choc ».

– Cas graves –

Comme d’autres, elle n’a plus les moyens de faire le suivi de sa grossesse dans une clinique privée.

Elle s’est donc tournée vers un dispensaire soutenu par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), dont les services sont d’autant plus cruciaux que trois hôpitaux et plusieurs cliniques de Beyrouth ont été soufflés par l’explosion.

Dans une clinique mobile gérée par l’ONG Al-Maqassid et l’UNFPA, Heba Khoudary accueille quotidiennement des femmes dans la même situation précaire.

Durant les quelques jours ayant suivi l’explosion, cette sage-femme a recensé de nombreux cas graves: « des accouchements prématurés, des saignements, ou un épuisement psychologique ».

Depuis, entre 600 et 700 femmes ont bénéficié des services des trois cliniques mobiles de l’UNFPA.

On y distribue des kits d’hygiène, comprenant notamment des serviettes hygiéniques. Une aide précieuse pour les femmes. Avec l’explosion des prix en raison de la dépréciation de la livre libanaise, « les produits d’hygiène féminine ne sont plus une priorité pour les familles », déplore Mme Khoudary.

Depuis le drame, l’UNFPA a distribué 35.000 de ces « kits de dignité ».

– « Je ne dors pas » –

Aujourd’hui, l’organisation oeuvre à consolider le soutien médical apporté aux femmes, explique la responsable de l’agence onusienne à Beyrouth, Asma Kordahi.

L’UNFPA cherche à « employer plus de sages-femmes pour répondre aux besoins des femmes dans les zones dévastées par l’explosion », précise-t-elle.

Selon elle, sur les 300.000 Beyrouthins dont le logement a été détruit par l’explosion, « 4.600 femmes enceintes ont besoin de services spécialisés pour le suivi des grossesses, l’accouchement mais aussi de services postnataux ».

Grâce à ces services, Rima Jassem, réfugiée syrienne installée au Liban, a donné naissance à la mi-septembre à une petite Halla.

Sur le toit-terrasse d’un immeuble avec une vue imprenable sur les ruines du port, dans l’étroite chambrette habitée par Mme Jassem, son mari et leurs quatre enfants, la petite dort paisiblement dans un transat qui fait office de berceau, posé à même le sol.

Immédiatement après l’explosion, la jeune maman s’est précipitée au dispensaire. Elle craignait de perdre son bébé « à cause de la terreur ».

« Depuis, je ne dors pas. Je vois (le champignon de fumée, ndlr) devant mes yeux, j’ai peur qu’il y ait une autre explosion », poursuit la trentenaire.

Elle qui a fui le Nord de la Syrie en guerre pour trouver un peu de sécurité à Beyrouth, espère désormais un semblant de normalité dans son pays pour y retourner.

Contrairement à Rana Mineimni, qui, elle, veut fuir un Liban où les autorités sont accusées d’être responsables de l’explosion meurtrière en raison de leur incompétence et de la corruption.

« Même si nous survivons, il n’y a pas d’avenir pour moi et ma famille dans ce pays », lâche la future maman.

Continue Reading
Advertisement
Ceci pourrait vous intéresser
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la catégorie Société

Advertisement

Facebook

Insolites

Advertisement

Les plus lus