Société

à Paris, les patrons de bars fermés n’en peuvent plus

Le silence tombe de nouveau sur la nuit parisienne et « maintenant, c’est métro, boulot, dodo »: les bars de la capitale, après la parenthèse de l’été, ont tiré le rideau, résignés mais amers face à ce nouveau tour de vis sanitaire.

Les bouteilles de vin à vider sont sur le comptoir. Les planches d’apéro ont doublé de volume, pour écouler tout le périssable.

« On a appris. Avec tout ce qu’on a dû jeter en mars, là on s’était préparé », dit Omar Allik, 41 ans, gérant du Touller, rue Jean-Pierre Timbaud, dans le XIe arrondissement de Paris.

« C’est décourageant et on ne sait pas combien de temps ça va durer. Pas de salaire, 15.000 euros de loyer et de charges et rien qui va rentrer, les petites affaires comme les miennes n’ont pas accès au fond d’indemnisation », explique ce gérant, qui va mettre les semaines à venir à profit pour « s’occuper plus de sa fille » et « faire la compta ».

L’éphémère vent de normalité et d’insouciance qui a permis depuis le mois de juin aux bars parisiens de faire le plein, notamment grâce à un inédit système de terrasses éphémères, prend fin alors que la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 frappe la capitale, placée dorénavant en niveau d’alerte maximale.

La fermeture est effective à partir de mardi et pour quinze jours puisque Paris et la petite couronne ont été placées en zone d’alerte maximale.

« On vient pour Omar, pour le soutenir ce dernier soir après une année atroce. C’est triste, on est un peu mélancolique, c’est fini les pots après le boulot. Maintenant, c’est métro, boulot, dodo », commente au bar, bière à la main, l’un des habitués des lieux, Romain Carillon, 34 ans, architecte.

« Rester ouvert avec 10 pelos entre 18H et 22H00 avec aucune aide… Ce serait ingérable aussi », se résigne Jean-Baptiste Adrian, serveur dans un autre bar du quartier. Pour ce spécialiste des cocktails, barbe drue sous son masque et « passionné par son travail », ce sera le chômage partiel jusqu’à nouvel ordre.
 

« Ne restent que les contraintes » 

Dans cette rue festive de la capitale, plusieurs bars s’empressent de démonter leurs terrasses éphémères. Des piles de palettes détrempées par la pluie battante s’amoncellent sur le trottoir. A l’intérieur, les bars se remplissent.

« Bien plus que pour un lundi soir », se réjouit David Gamrasni, 44 ans, propriétaire du Pili Pili, minuscule bar interlope au papier peint fleuri où la musique rock résonne très fort.

Avec cette fermeture, « on perd l’authenticité du lien social, on perd nos lieux alternatifs, la possibilité d’être qui on est, tout ce qui fait notre monde, et il ne restera que des contraintes, pas de moments fun », dit le quadragénaire en jean et santiags.

Aucun de ces commerçants n’a de solution pour rendre compatible la vie par définition incontrôlable d’un bar de nuit et la nécessité de renforcer les protocoles sanitaires.

« On est des boucs émissaires, on sert de prétexte… quand on voit les métros bondés, alors qu’on fait tout pour respecter les consignes, dans un lieu où tout compte fait, contrairement au métro, les gens sont pas obligés de venir », argumente David Gamrasni.

« Les gens vont finir par péter un câble et nous les commerçants, on est pas forcément des révolutionnaires, mais on va devoir le devenir », commente-t-il.

Les bars de l’est parisien, déjà fédérés en association depuis quelques jours, comptent multiplier les réunions et envisagent des actions symboliques de protestation dans les prochains jours.

Continue Reading
Advertisement
Ceci pourrait vous intéresser
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la catégorie Société

Advertisement

Facebook

Insolites

Advertisement

Les plus lus