Autres

funérailles de Victorine, au meurtre encore non élucidé

Les funérailles de Victorine Dartois ont été célébrées mercredi à Bourgoin-Jallieu, dix jours après qu’elle eut été retrouvée noyée dans un ruisseau près de son domicile de Villefontaine (Isère), sans que le mystère entourant sa mort ait été levé.

La messe, cocélébrée par 15 prêtres dont le représentant de l’évêque de Grenoble, s’est déroulée en l’église Saint-Jean-Baptiste de Bourgoin-Jallieu, à laquelle la troupe scoute de la jeune fille de 18 ans était rattachée.

La famille était aussi très active dans sa paroisse de Villefontaine.

A 14H30, le cercueil blanc contenant la dépouille de la jeune étudiante en BTS est entré dans l’église, suivi par ses parents enlacés, ses deux soeurs et son frère. Il a été déposé sur un parterre de pétales de fleurs composant un coeur rose sur fond blanc.

« J’ai pleuré quatre fois dans ma vie, à chaque naissance et là, une cinquième fois », a confié à l’assistance James Darois, le père de Victorine, cadette de la famille.

Sa seur aînée Romane, qui avait lancé sur les réseaux sociaux l’alerte après sa disparition le samedi 26 septembre, a témoigné de leur relation fusionnelle, brossant le portrait d’une jeune fille « bout-en-train ». A la fois très croyante et habitée aussi par des préoccupations d’adolescente.

Alors que 300 proches et amis avaient pris place dans l’église (à la capacité réduite pour cause de consignes sanitaires), environ 600 personnes ont pris place, selon la police, sur le parvis de l’édifice où était retransmise la cérémonie sur un écran géant.

Voisins et anonymes ont signé les livrets de condoléances mis à disposition par les pompes funèbres ou ont déposé des fleurs à l’entrée de l’église. La grande banderole « Victorine repose en paix », réalisée pour la marche blanche qui a réuni dimanche à Villefontaine près de 6.000 personnes, a jouxté l’église.

Edih, 70 ans, a fait 40 km pour venir « compatir à la douleur de la famille ». Sa soeur Andrée, de Bourgoin, parle d’un meurtre « qui nous bousille tous depuis deux semaines. C’est horrible et quand ça arrive à deux pas de chez soi, c’est encore pire ».

L’enquête pour « meurtre », destinée à élucider les circonstances de la mort de Victorine, est toujours en cours, mobilisant d’importants moyens.

Continue Reading
Advertisement
Ceci pourrait vous intéresser
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la catégorie Autres

Advertisement

Facebook

Insolites

Advertisement

Les plus lus