Politique

LR et RN critiquent l' »impuissance » de Castex

Les Républicains et le Rassemblement national ont critiqué vendredi « l’impuissance » du gouvernement face au Covid-19 et « le naufrage en direct » selon eux du Premier ministre Jean Castex la veille lors d’une émission politique.

Pour le numéro deux du Rassemblement national Jordan Bardella, Jean Castex est apparu comme « l’avocat d’un Etat en faillite qui est aujourd’hui incapable de protéger les Français », a-t-il estimé sur France 2 vendredi matin.

« La France traverse une crise sanitaire, économique, d’autorité historique. Et ce soir, le Premier ministre de la France, entouré de ses potes de stage du gouvernement, offre aux Français un spectacle effrayant de vide. Oui, ce bricolage, cette impuissance, ce baratin, sont effrayants », a tweeté jeudi soir le secrétaire général des Républicains Aurélien Pradié.

Dans l’émission « Vous avez la parole » de la chaîne jeudi soir, Jean Castex a dit assumer la politique du gouvernement face au Covid-19 et un nouveau record de plus 16.000 contaminations.

« On ne joue pas avec une épidémie », a-t-il aussi mis en garde, en appelant à « la responsabilité » face au virus, « nécessairement collective », face à une fronde d’élus locaux à Marseille.

Il a également admis ne pas avoir téléchargé l’application de traçage de contacts StopCovid, pourtant promue par le gouvernement pour lutter contre la propagation du coronavirus.

« On n’est plus à une contradiction près dans ce gouvernement. Où est passée la doctrine du gouvernement ? », a demandé le patron des députés LR Damien Abad à propos de cette application que M. Castex n’a pas téléchargée.

« Plus rien ne m’étonne de la part de ce gouvernement », a déploré Jordan Bardella.

Pour le porte-parole du RN Sébastien Chenu, « le naufrage en direct » de Jean Castex « symbolise à merveille le naufrage de l’Etat. Des ministres qui n’ont pas l’appli StopCovid. Un refus de dire que les délinquants doivent avoir peur. +Se battre+ sans garantie sur Bridgestone. 0 direction. »

Le Premier ministre a assuré que le gouvernement allait « discuter pied à pied » avec Bridgestone pour « convaincre » le groupe « d’investir » sur le site de Béthune qui doit fermer, mais que « la partie va être très compliquée ».

Côté associations, Jean-François Julliard, dirigeant de Greenpeace, a déploré que « pendant deux heures » d’émission il n’y ait « pas (eu) un seul mot de la crise écologique. Rien. Même pas une allusion ».

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a de son côté salué dans un tweet « un Premier ministre à l’écoute et déterminé. Prêt à protéger les Français et transformer le pays ».

Continue Reading
Advertisement
Ceci pourrait vous intéresser
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la catégorie Politique

Advertisement

Facebook

Insolites

Advertisement

Les plus lus