Politique

prime aux sortants, Patriat et Lemoyne réélus

Les premiers résultats des sénatoriales faisaient apparaître dimanche une prime aux sortants, avec notamment plusieurs LR et centristes, majoritaires au Sénat, réélus dès le premier tour, mais aussi le patron des sénateurs LREM François Patriat et le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne.

Le renouvellement par moitié du Sénat tous les trois ans se joue à l’échelle du département. Cette année sont concernés 172 sièges sur 348, soit les élus de 58 départements de métropole compris entre l’Ain et l’Indre et entre le Bas-Rhin et le Territoire de Belfort, hors Ile-de-France. Outre-mer sont aussi renouvelés les sénateurs de la Guyane et de 4 collectivités (Wallis et Futuna, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Polynésie française). 117 sortants se représentaient.

Parmi les premiers résultats, le président du groupe La République en Marche François Patriat, menacé en Côte d’Or par la socialiste Colette Popard, a finalement été confirmé, a-t-il annoncé à l’AFP: « J’ai été élu avec 100 voix d’avance ».

Dans l’Yonne, le secrétaire d’Etat chargé du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne a lui aussi été réélu, selon des sources parlementaires. Il ne siègera cependant pas au Sénat tant qu’il reste au gouvernement. Georges Patient (groupe LREM) a été aussi réélu dès le premier tour en Guyane.

Dans la majorité sénatoriale, ont notamment été réélus dès le premier tour les sénateurs LR Rémy Pointereau (Cher), Cédric Perrin dans le Territoire de Belfort, Claude Nougein en Corrèze, Alain Joyandet en Haute-Saône, Jean-Jacques Panunzi en Corse du Sud, Philippe Mouiller dans les Deux-Sèvres, Mathieu Danaud (Ardèche) ou encore Daniel Gremillet dans les Vosges.

Parmi les centristes réélus: Dominique Vérien (UDI) dans l’Yonne, Philippe Bonnecarrère (Tarn), Bernard Delcros (Cantal), Evelyne Perrot (Aube).

Le président du groupe des Indépendants, Claude Malhuret, est confirmé dans l’Allier, ainsi que Daniel Chasseing en Corrèze et Alain Marc en Aveyron. Avec 6 sièges renouvelables sur 13, le groupe de Claude Malhuret se maintiendrait ainsi à l’étiage (10 élus sont nécessaires pour former un groupe).

A gauche, le PS a annoncé notamment la réélection de Gisèle Jourda (Aude), Nicole Bonnefoy (Charente), Jean-Jacques Lozach (Creuse), Franck Montaugé (Gers) et l’élection de Serge Merillou (Dordogne).

– un nationaliste corse –

Pour la première fois, un nationaliste corse accède à la Haute assemblée, Paul Toussaint Parigi, appelé en corse Paulu Santu Parigi et élu en Haute-Corse.

Quelque 87.000 grands électeurs ont voté ce dimanche, essentiellement des représentants des communes, mais aussi des départements et régions, pour partie au scrutin majoritaire et pour partie au scrutin proportionnel.

Le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon a déploré l’organisation du scrutin dans les Bouches-du-Rhône, touchées de plein fouet par le Covid-19: « Des affectations de bureaux qui changent, file interminable d’un côté, personne de l’autre. Le foyer d’infection est en place », a tweeté l’élu de Marseille.

Les chefs de file des deux grandes composantes de la majorité, Bruno Retailleau (Les Républicains) et Hervé Marseille (centriste) tablent sur le maintien de la configuration politique actuelle.

« C’est extrêmement stable. On a vu que même des sénateurs sortants qu’on disait dans des configurations difficiles sont réélus, à l’image de François Patriat chez LREM. Le barycentre du Sénat ne va pas changer. Les équilibres se maintiennent », commentait la sénatrice LR Christine Lavarde.

LR a 75 sièges renouvelables sur 143 et les centristes 24 sur 51.

Dimanche soir, « nous aurons une vision globale, mais pas le détail de la composition des groupes », prévient M. Marseille.

A gauche, Patrick Kanner, le chef de file des socialistes (35 sièges renouvelables sur 71) vise le maintien. « C’est relativement stable », indiquait dimanche le porte-parole du groupe Rachid Temal. Pour lui, « c’est important qu’on soit le 2e groupe, le seul groupe de gauche capable de porter un recours constitutionnel à nous tout seul s’il le faut », grâce au nombre d’élus.

La surprise annoncée devrait donc venir des écologistes. Avec 5 nouveaux élus, ce qui semble faisable sur le papier, qui s’ajouteraient à un « noyau » de cinq sénateurs déjà en place – les écologistes Esther Benbassa, Guillaume Gontard, Ronan Dantec, Joël Labbé et Sophie Taillé-Polian de Générations – le compte serait bon pour former un groupe.

M. Dantec criait déjà victoire dimanche sur Public Sénat, assurant qu' »il y aura un groupe écologiste au Sénat », tandis que Mme Benbassa préférait attendre les résultats.

Le RDSE à majorité radicale (14 renouvelables sur 24) était en position inconfortable en fin d’après-midi, avec plusieurs sièges perdus sur les 14 renouvelables (sur un total de 24).

Le groupe CRCE à majorité communiste n’a que 3 sénateurs renouvelables sur 16. Même avec le départ d’Esther Benbassa et Guillaume Gontard, il est assuré de son maintien.

Quant au RN, il risque de perdre son seul sénateur, Stéphane Ravier.

Continue Reading
Advertisement
Ceci pourrait vous intéresser
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la catégorie Politique

Advertisement

Facebook

Insolites

Advertisement

Les plus lus