Société

retour du train dans deux villages, des écoles rouvertes

La Haute Roya était toujours isolée six jours après les crues qui ont fait au moins 5 morts et 7 disparus dans les Alpes-Maritimes, mais un premier train de voyageurs a pu gagner jeudi les villages de Fontan et Saorge, inaccessibles par la route.

« Il vient de repartir. Certains ont fait leurs valises pour aller dans de la famille et reviendront », espère le maire de Fontan Philippe Oudot, joint au téléphone. Un arrêté de péril a été pris pour une partie du village en bordure de la Roya qui compte une dizaine de maisons détruites ou abîmées.

Ce TER commercial doit faire deux allers-retours dans la journée tandis que les secours continuent sans relâche le travail d’aide à la population et de recherche des disparus, avec près d’un millier de sauveteurs et douze hélicoptères, notamment pour le ravitaillement des communes isolées.

Outre les 7 disparus recensés, 13 autres personnes sont « supposées » disparues par les pompiers du département.

Connu sous le nom de « Train des Merveilles », le TER ne peut provisoirement pas dépasser la gare de Fontan-Saorge et monter à Tende, dernière localité française avant l’Italie, où le président Emmanuel Macron s’est rendu mercredi en hélicoptère à la rencontre des habitants traumatisés.

Véritable « ligne de vie » selon le chef de l’Etat, cette ligne TER souffrait déjà d’une vitesse réduite et d’un manque d’investissements avant la catastrophe. Comme la route, elle est très abîmée.

« On est encore en phase d’expertise. Certains ouvrages sont endommagés et des voies pendent dans le vide par endroits suite à des éboulements », indique SNCF Réseau dont le numéro deux Matthieu Chabanel était attendu jeudi sur place pour parler de sa reconstruction.

La veille, le président Macron a remercié la région pour les engagements pris pour la reconstruction « durable » de cet axe ferroviaire.

« Si les paroles sont mises en actes, ce sont de bonnes annonces », avait réagi mercredi soir la maire de Saorge Brigitte Bresc. « L’essentiel, c’est le train. S’ils ne font rien sur cette ligne, c’est la mort de la vallée, et il faudra faire vite car les forces vives s’en vont ».

L’école de Fontan a également rouvert selon le rectorat, ainsi que cinq écoles et deux collèges des autres vallées du département, la Tinée et la Vésubie, durement frappées par la tempête.

Dans l’arrière-pays niçois, toutes les communes sont désenclavées, bien que l’accès routier à Venanson reste précaire avec une simple piste, qui sera inutilisable cet hiver. « On cherche une alternative », indique la métropole Nice Côte d’Azur.

Lundi, quelque 2.500 élèves ne pouvaient plus aller en classe, en raison de dégâts matériels, du manque d’eau ou car leur établissement abrite des secours.

Continue Reading
Advertisement
Ceci pourrait vous intéresser
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la catégorie Société

Advertisement

Facebook

Insolites

Advertisement

Les plus lus