Société

Un prof d’histoire décapité en région parisienne, le parquet antiterroriste saisi

Un enseignant qui avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet a été décapité vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) et son agresseur présumé tué par la police dans la ville voisine d’Eragny (Val-d’Oise), trois semaines après l’attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo.

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé à l’AFP s’être aussitôt saisi de l’enquête, ouverte pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

« Ce soir, c’est la République qui est attaquée avec l’assassinat ignoble de l’un de ses serviteurs, un professeur », a réagi sur Twitter le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, « notre unité et notre fermeté sont les seuls réponses face à la monstruosité du terrorisme islamiste. »

Le président de la République, Emmanuel Macron, s’est rendu à Conflans-Sainte-Honorine, sur les lieux de l’attaque. Il est arrivé peu après 21H00.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, en déplacement au Maroc, est aussitôt rentré à Paris et a ouvert une cellule de crise place Beauvau, où l’a rejoint le Premier ministre, Jean Castex.

Les faits se sont déroulés vers 17H00, près du collège du Bois d’Aulne de Conflans Sainte-Honorine, selon une source policière.

Les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) de la ville ont été appelés pour un individu suspect rôdant autour d’un établissement scolaire, selon cette source. Sur place, ils ont découvert la victime et, 200 mètres plus loin à Eragny, ont tenté d’interpeller un homme armé d’un couteau qui les menaçait et ont fait feu sur lui.

Selon une source policière, la victime est un professeur d’histoire du collège du Bois-d’Aulne.

– Choc et incompréhension –

L’agresseur présumé, dont l’identité n’a pas été immédiatement établie, est décédé, a-t-on indiqué de source judiciaire. Selon une source porche de l’enquête, il a crié « Allah Akbar » avant d’être abattu.

L’enquête a été confiée à la Sous-direction antiterroriste (Sdat) de la police judiciaire et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Le choc et l’incompréhension dominaient vendredi soir chez les riverains rencontrés par l’AFP dans ce quartier pavillonnaire, qu’ils décrivent comme calme et sans histoire.

Rodrigo Arenas, coprésident de la FCPE, la première association de parents d’élèves, dit avoir reçu un signalement vendredi dernier qui faisait état « d’un père extrêmement énervé » après la publication en classe d’une caricature de Mahomet.

La victime aurait, selon M. Arenas, « invité les élèves musulmans à sortir de la classe » avant de montrer une caricature du prophète accroupi avec une étoile dessiné sur ses fesses et l’inscription « une étoile est née ».

« Mon fils était dans la classe le jour où le professeur les a fait sortir parce qu’ils étaient musulmans, parce qu’il devait montrer une caricature du prophète », a expliqué à l’AFP un parent d’élève ayant requis l’anonymat, dont le fils est en classe de 4e.

« Il n’y a qu’une petite fille qui est restée, qui n’a pas voulu sortir, c’est cette petite fille-là qui a dit qu’il avait montré la photo d’un homme tout nu », a-t-il poursuivi.

« Apparemment, il n’a pas fait ça méchamment, mon fils m’a dit qu’il a fait ça pour préserver les enfants, pour ne pas être vexés, pour ne pas être choqués », a encore ajouté ce parent d’élève.

– « Abominable attentat » –

L’attentat a soulevé une vague d’indignation dans la classe politique. A l’Assemblée nationale, les députés se sont levés pour « saluer la mémoire » du professeur et dénoncer un « abominable attentat ».

« Le séparatisme islamiste doit être combattu sans relâche, sans jamais faiblir », a réagi la députée LREM des Yvelines Aurore Bergé.

« Le paroxysme de la barbarie » est atteint, selon Damien Abad, patron des députés Les Républicains. « Il ne faut plus céder un millimètre de mot, de geste, d’action, de concession, de répression au terrorisme islamique! », a exhorté le député RN Gilbert Collard.

Cette attaque survient trois semaines jour pour jour après l’attentat au hachoir perpétré par un jeune Pakistanais de 25 ans devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, qui avait fait deux blessés graves.

L’auteur de cet attentat islamiste avait déclaré aux enquêteurs avoir agi en réaction à la publication et la republication par Charlie Hebdo début septembre des caricatures de Mahomet, qui avaient fait de l’hebdomadaire satirique une cible des jihadistes.

Cette republication avait eu lieu à l’ouverture le mois dernier du procès des attentats de janvier 2015, qui doit se tenir jusqu’au 10 novembre.

Depuis la vague d’attentats jihadistes sans précédent amorcée en 2015 en France, qui avait fait 259 morts avec l’attaque de vendredi, plusieurs attaques ont été perpétrées à l’arme blanche, notamment à la préfecture de police de Paris en octobre 2019, ou à Romans-sur-Isère en avril dernier.

Continue Reading
Advertisement
Ceci pourrait vous intéresser
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la catégorie Société

Advertisement

Facebook

Insolites

Advertisement

Les plus lus